Vous êtes ici:
  • Discours du président lors de la séance plénière du 19 juin 2017
Publié le: 19/06/2017

Discours du président lors de la séance plénière du 19 juin 2017

Retrouvez la discours du président du Conseil Départemental, Frédéric Bierry, en introduction de la séance plénière du 19 juin.

Frédéric Bierry, président du Conseil Départemental du Bas-Rhin © 1;#Jonathan Sarago/ CD67

" Chers collègues, Mesdames, Messieurs,

 
Rendre l'avenir possible

 

Dans « L’avenir est notre affaire », l’écrivain Denis DE ROUGEMONT écrit « toute politique est autorisation de l’avenir ». Là est bien notre mission de serviteurs de l’intérêt général.

Nous ne pouvons pas inventer l’avenir, mais nous pouvons le rendre possible.

Nous pouvons le rendre possible en répondant aux difficultés et aux coups durs du présent, nous pouvons le rendre possible en l’imaginant, en nous projetant. Enfin nous pouvons le rendre possible en faisant équipe, en fédérant les forces, en libérant les créativités, en soutenant les énergies.  

Je dis « nous pouvons rendre l’avenir possible », il serait plus juste de dire « nous rendons l’avenir possible »

car notre action depuis avril 2015 incarne sans équivoque notre souci central de la solidarité, de la proximité mais aussi de la lisibilité, de la stratégie et de l’anticipation. 

 

Un département en voie d'expansion

 

Il y a une période, pas si lointaine, où l’on a beaucoup parlé de départements en voie d’extinction. Aujourd’hui on peut parler d’un Département en voie d’expansion, grâce à nos efforts et à notre travail collectif, au service et aux côtés des Bas-Rhinois. Nous pouvons en être fiers. 

Il y a une continuité dans notre action. Chacune de nos décisions est une page supplémentaire d’un même ouvrage entièrement dédié aux Bas-Rhinois et aux Alsaciens.

Avec un souci égal pour les petites et les grandes choses. Pour le détail et pour le tout. Avec une vision profondément ancrée dans le concret qui permette autant de faire tomber les barrières, que de jouer un effet levier pour nos concitoyens.

Les rapports de cette séance incarnent bien l’ensemble de ces objectifs : 

  • Une gestion budgétaire rigoureuse et courageuse pour retrouver des marges de manœuvre et avoir les moyens de nos ambitions. Notre compte administratif et notre budget supplémentaire en sont la traduction. 
  • De grands axes stratégiques dans chaque champ de politique publique pour générer de l’activité, de l’attractivité et des emplois en proximité : c’est le Plan Territoires Connectés et Attractifs ou encore l’ADIRA dans laquelle 1€ investi permet de générer 137€ d’investissements privés sur le territoire. 
  • Une nouvelle façon de concevoir l’action publique pour plus d’efficacité dans le service rendu mais aussi dans l’usage de l’argent public : ce sont les grandes orientations pour le soutien du Département en faveur de la vie associative ou encore la mise en place du Réseau d’Accueil Solidaire.
  • Une présence en proximité aux côtés de l’ensemble des territoires : c’est l’aide aux communes sinistrées suite aux inondations de 2016 ou encore notre soutien sans faille à la diffusion culturelle sur l’ensemble des territoires. 

L’ensemble de ces chantiers où présent et avenir se mêlent intimement nous les conduisons en équipe, en partenariat avec les élus locaux, avec les associations, avec les entreprises, avec les citoyens. 

Une gestion budgétaire ambitieuse et rigoureuse


Pour la deuxième année consécutive en 2016 nous avons réduit nos dépenses de fonctionnement avec 7,5M€ d’économies par rapport à 2014. Oui, nous avons fait peser le maximum de l’effort en interne pour impacter le moins possible nos partenaires. Nous avons réduit notre dette de 21M€, une première depuis 2003, soit 14ans et sommes passés sous la barre des 700M€ d’endettement. Nous avons également soldé de nombreux engagements, en achevant par exemple le versement de notre participation de 155M€ à la réalisation de la LGV Est qui a fêté il y a quelques jours ses 10ans et permis d’améliorer l’accessibilité de Strasbourg pour déjà 128 millions de voyageurs. 

Nous l’avons fait sans augmenter les impôts. 

Nous avons également poursuivi notre stratégie d’économie par l’efficacité en permettant le retour à l’emploi de plus de 4000 allocataires du RSA. Et puisque nous sommes attachés au soutien à nos partenaires nous affecterons 97% de notre résultat d’exécution, soit 52M€ au cofinancement de leurs projets. 

 

Notre responsabilité pour l'Alsace et les concitoyens


Notre rapport d’activité incarne bien par une multitude d’exemples et de chiffres, par le concret, par le palpable, la richesse de l’action départementale. Il témoigne aussi notre mobilisation indéfectible pour l’Alsace. Nous avons permis la renaissance de la Maison de l’Alsace à Paris, nous avons mis sur les rails l’ADT et l’ADIRA Alsace, nous avons inauguré les nouveaux locaux d’Archéologie Alsace, nous avons modernisé le statut du repos dominical et poursuivi le développement de nos coopérations avec le Département du Haut-Rhin. 

C’est notre responsabilité. Car sans l’action coordonnée de nos Départements de quoi l’Alsace sera-t-elle encore le nom demain ? Il n’y a pas de semaine sans que l’Alsace ne disparaisse un peu plus et quand l’Alsace disparait c’est une perte de visibilité, d’attractivité et donc d’emplois pour les Alsaciens. L’Alsace c’est l’atout de nos territoires et de leurs habitants, c’est l’atout de nos entreprises et de leurs salariés. C’est tout le sens de notre mobilisation. 

Cette mobilisation constante pour que tous nos territoires soient considérés, pour que tous nos territoires aient les mêmes chances de se développer, nous l’avons chevillée au corps. 

C’est notre mission de premiers défenseurs de l’Alsace. C’est notre mission de premiers soutiens et fédérateurs des énergies et potentialités humaines. C’est notre mission de 1er aménageur du Bas-Rhin, de collectivité stratège dans la proximité. 


Une collectivité stratège dans la proximité


405M€ d’ici 2021, dont 80 nouveaux projets et 160M€ votés aujourd’hui, plus de 4000 emplois consolidés ou créés sur notre territoire grâce à ces investissements qui amélioreront l’attractivité, tout en générant de l’activité. Le Plan Territoires Connectés et Attractifs traduit une ambition et une vision du Département pour l’ensemble des territoires, pour nos habitants et nos entreprises.

Ce Plan illustre aussi notre méthode : agir sur du concret en associant l’ensemble des acteurs des territoires, mais aussi initier des coopérations opérationnelles avec l’ensemble de nos voisins : qu’ils soient départementaux ou transfrontaliers. C’est l’A4 Lorentzen avec la Moselle ou encore la liaison Erstein – Lahr avec l’Allemagne. C’est aussi notre engagement pour l’accessibilité de l’Eurométropole avec la LGV Est, l’Aéroport d’Entzheim ou encore la Rocade Sud, le TSPO et la RD1083. Nous consacrons dans ce plan 62 millions d’euros à l’accessibilité de l’EMS et 3,1M€ par an pour l’entretien et le financement d’infrastructures nouvelles sur le même périmètre territorial. 

Il permettra de renforcer la sécurité et le confort des usagers, de réduire les nuisances subies par les riverains, de participer au dynamisme économique du territoire et de renforcer l’attractivité du Bas-Rhin en confortant la qualité de vie. 

Ce Plan Territoires Connectés et Attractifs s’inscrit d’ailleurs en pleine synergie avec notre Plan en faveur de l’emploi, avec nos Contrats Départementaux, avec le Plan Actions Educatives et Collèges, la démarche Smart City ou encore le Plan d’adaptation des territoires au vieillissement. Tout cela est possible parce que depuis deux ans nous avons assaini notre situation financière, nous nous sommes questionnés et restructurés en profondeur. A travers ces outils globaux et transversaux nous construisons une vision pour les Bas-Rhinois et nous déployons une action départementale lisible et compréhensible. 

La dynamique des Assises de l’Engagement est la même et les orientations stratégiques pour le soutien à la vie associative présentée aujourd’hui montrent notre volonté de co-construire, de faire tomber les cloisons et de modifier en profondeur la relation de la collectivité avec les associations pour changer de paradigme, changer de façon d’envisager l’action publique. Pour être en phase avec les aspirations légitimes de nos concitoyens. 



L’ambition culturelle du Département pour réparer la République


Au cours des derniers mois nous avons souvent eu l’occasion d’affirmer le rôle et la responsabilité que doit être la nôtre dans la réparation de la République, dans le fait de permettre à l’ensemble de nos concitoyens d’être éclairés afin qu’ils soient responsables et engagés. Nous avons besoin d’une démocratie vivante, pour qu’elle le soit il faut lui donner une âme, cette âme qui est créatrice de l’Homme. Sans culture il n’y a pas d’âme. 

 C’est pourquoi malgré la donne budgétaire, avec l’ensemble de mes collègues de la majorité départementale, nous avons toujours été unanimes pour maintenir une ambition culturelle dans les territoires et à l’échelle du Bas-Rhin. 

Cette ambition culturelle du Département c’est le Vaisseau, le Haut-Koengisbourg, la Bibliothèque Départementale avec ses plus de 200 sites dans le Bas-Rhin, ce sont les Archives, c’est l’apprentissage de la musique…. Mais c’est aussi notre soutien à tous ces acteurs culturels du territoire qui font vibrer, qui font réflechir, qui font avancer, qui rassemblent : les relais culturels, le CEAAC, Décibulles, Musica, les centres d’interprétation du patrimoine, Charivari, la Choucrouterie, l’Ososphère, les Percussions, l’Orchestre Philarmonique , Augenblick, Allez Hop ou encore les Ateliers Ouverts. C’est aussi notre action pour que les acteurs culturels alsaciens ne soient pas privés de leur agence qui a fêté ses 40ans il y a quelques mois. 

Nous voterons aujourd’hui un soutien à 49 acteurs culturels de l’ensemble des territoires du Bas-Rhin et nous consacrerons 7,5M€ à la culture en 2017. 

Nous sommes profondément convaincus, que la culture est l’une des armes les plus puissantes dont nous disposons face aux défis de notre société. 

Après les élections nationales, les collectivités bras armés de la République


Les derniers mois ont été rythmés et marqués par des rendez-vous électoraux nationaux importants. La France a un nouveau Président de la République, la France a un nouveau Gouvernement, la France a un nouveau Parlement. 

Si les responsables politiques nationaux changent, les défis et les enjeux fondamentaux demeurent les mêmes. A l’explosion du vote extrême du mois de mai a succédé l’abstention de masse du mois de juin. Prenons garde à ce que l’esprit de victoire ne fasse pas oublier que nous sommes en sursis. 

L’ensemble de la classe politique nationale doit d’urgence faire sa révolution, retrouver les voies de l’action et de la responsabilité comme nous le faisons sur les territoires. De l’éthique et de la sobriété. Nous devons abolir le régime de la posture pour marquer l’avènement de celui de l’action. 

Il est urgent également que la République s’appuie à nouveau sur ses territoires, sur l’ensemble des collectivités qui sont ses bras armés en proximité. Cela ne sera possible qu’en respectant leur autonomie, leur légitimité et en leur donnant les moyens de remplir leurs missions. Cela ne sera possible qu’en respectant leur Histoire et leurs identités, à l’inverse de ce que l’Alsace a dû subir au cours des dernières années et réformes. 

Le Président élu et la nouvelle majorité législative devront rendre aux territoires leur capacité d’agir car c’est depuis la base, depuis le terrain que l’avenir pourra se construire. Ils devront permettre à des territoires comme l’Alsace d’exploiter pleinement leurs atouts et potentiels, notamment économiques, transfrontaliers et européens. 

Nous sommes prêts à y travailler, dans le respect et la confiance mutuels. 

Je vous remercie. "

 

Notez cette actualité