Vous êtes ici:
  • Discours du président lors de la séance plénière du 20 novembre 2017
Publié le: 20/11/2017

Discours du président lors de la séance plénière du 20 novembre 2017

A l'Hôtel du Département, le 20 novembre 2017, a eu lieu la séance plénière portant sur la présentation du rapport d'activité des services de l'Etat, en présence de Monsieur le Préfet, Jean-Luc Marx.

Frédéric Bierry et Monsieur le Préfet © 1;#Jonathan Sarago/ CD67

" Monsieur le Préfet, 
Chers collègues,

Cette rencontre annuelle, de dialogue et d’échanges entre élus départementaux et représentants de l’Etat déconcentré dans notre département est une tradition. Je dirais même que c’est une nécessité démocratique. 

Monsieur le Préfet, je suis donc très heureux de vous accueillir, vous et l’ensemble des services déconcentrés de l’Etat représentés aujourd’hui pour ce premier échange formel depuis votre prise de fonction dans notre département.  

Je suis d’autant plus heureux de le faire, que je dois le dire, il y a un véritable renouveau dans le dialogue et le travail en commun entre notre collectivité et l’Etat depuis plusieurs mois. Que ce soit avec l’Etat central et les différents Ministres ou représentants du Gouvernement avec qui nous pouvons échanger ou travailler, ou ici avec l’Etat déconcentré que vous incarnez. 

Nous ne partageons pas toujours les mêmes points de vue, mais le dialogue se fait toujours dans le respect, la considération réciproque et le souci de l’intérêt général et je tiens à vous en remercier. 

Je crois profondément en la nécessité, mais aussi et surtout en la richesse d’un dialogue permanent, riche et franc  entre les collectivités territoriales et l’Etat, au service de nos concitoyens, au service de nos territoires. 

Vous ne serez pas étonné, que nous ayons été sensibles aux discours du Président de la République sur le Pacte Girondin qui doit unir République et territoires, mais aussi aux prises de position fortes du Premier Ministre ou encore du Président de l’Assemblée Nationale sur le développement de l’expérimentation et de la différenciation afin de valoriser au mieux chaque territoire dans ses spécificités au sein de la République. 

Dans le cadre de notre mobilisation pour l’Alsace ces discours ouvrent des occasions que nous entendons saisir et des perspectives que nous souhaitons construire. 

Nous avons, avec la Conférence Nationale des Territoires, initiée par le Président, et avec la contractualisation qu’il souhaite entre Etat et grandes collectivités, dont le Bas-Rhin fait partie, une formidable occasion de réinventer nos relations partenariales et nos modes d’actions pour être toujours plus efficaces, innovants, audacieux. 

Les collectivités territoriales, au plus près des citoyens au quotidien, sont le bras armé de la République. Nous avons besoin de revaloriser les territoires, de soutenir davantage les élus locaux et notamment les Maires dans les zones rurales. Nous avons besoin de revaloriser aux yeux de nos concitoyens le travail formidable réalisé au quotidien par les agents publics, territoriaux ou de l’Etat. 

A ce titre, je veux profiter de votre présence Monsieur le Préfet, et notamment à quelques jours de l’ouverture du Marché de Noël de Strasbourg, pour rendre un hommage appuyé à l’ensemble des agents et fonctionnaires opérationnels de l’Etat, et notamment policiers, gendarmes et forces de l’opération sentinelle, mobilisés chaque jour sur le terrain pour assurer notre sécurité et notre liberté. Nous savons ce que nous leur devons. 

Vous le savez, nos concitoyens attendent de nous que nous unissions nos forces, nos compétences et nos moyens pour apporter des réponses efficaces au fléau du chômage, aux enjeux de l’éducation et de la citoyenneté, pour améliorer le quotidien et préparer l’avenir, pour construire un véritable espace transfrontalier rhénan ouvert et compétitif. 

Beaucoup de nos compétences et de nos missions sont en effet liées dans le concret du quotidien et nous avons tout à gagner à toujours davantage de réflexion en commun, de coordination et de coopération. Je pense bien sût à la question des Mineurs non accompagnés, à la lutte contre la grande précarité, aux enjeux sociaux et médico-sociaux sur lesquels il faut pouvoir expérimenter. A la question de l’emploi sur laquelle on ne peut se priver d’aucun acteur, d’aucun levier et d’aucune bonne volonté. Nous avons à construire ensemble des solutions nouvelles et adaptées pour lutter contre la radicalisation. Nous travaillons ensemble au rayonnement européen de Strasbourg, notamment via le Contrat triennal. Et il y a les enjeux de mobilité et d’accessibilité : le GCO, le contournement de Châtenois, le TSPO, l’A4 Lorentzen. Autant de dossiers communs où nous sommes partenaires, où la mobilisation de chacun est nécessaire et où votre implication auprès des instances nationales est indispensable. 

Nous avons besoin de vous, vous avez besoin de nous. 

C’est pourquoi, dans le cadre du dialogue que nous aurons à conduire en commun au cours des prochains mois, nous appelons de nos vœux une discussion qui traite à la fois des enjeux budgétaires mais aussi du fond des politiques publiques et des missions. 

Une discussion qui tienne compte des caractéristiques de notre territoire. Une discussion qui tienne compte de l’exemplarité des collectivités territoriales et notamment du Département du Bas-Rhin tels que la Chambre Régionale des Comptes et la Cour des Comptes l’ont valorisé dans leurs récents rapports locaux et nationaux. 

Ces deux rapports mettent en avant l’efficacité et l’innovation dans l’exercice de nos missions de solidarité, notamment dans l’insertion vers l’emploi ou l’aide sociale à l’enfance. Ils saluent également notre contribution, bien au-dessus des moyennes nationales, à l’effort de redressement des comptes publics. 

Il y a aujourd’hui dans le Bas-Rhin, et plus largement dans l’ensemble des collectivités territoriales, une exemplarité à la fois dans la maîtrise des dépenses mais aussi dans la capacité à adapter le service public aux nouveaux enjeux et défis posés par le 21ème siècle, par les mutations de la société et le décrochage de certains territoires. 

Il y a dans les territoires les germes du redressement de la France et de son sursaut : sur le plan économique, sur le plan social, sur le plan culturel, sur le plan européen. 

C’est pourquoi nous avons besoin d’une alliance entre l’Etat et les collectivités territoriales, qui se fasse dans l’intelligence collective, dans le choix pour chaque politique de l’échelle pertinente d’action. Cette question de l’échelle pertinente est essentielle pour tendre toujours davantage vers plus d’efficacité dans l’action publique, pour garantir l’équité à l’échelle des territoires et reconstruire la confiance des citoyens dans l’action publique. 

Je vous donnerai dans quelques instants la parole pour nous présenter le bilan et les grandes lignes de l’action de l’Etat sur notre territoire puis les représentants des différentes sensibilités politiques de notre assemblée et les Conseillers Départementaux pourront vous interroger et dialoguer avec vous. 

Mais notre rencontre est également l’occasion de vous présenter les grandes lignes stratégiques qui ont été fixée par notre collectivité pour 2018 et la fin de notre mandat. Je terminerai donc ce propos par un rappel des orientations que nous avons adoptées le 23 octobre dernier. 

Nous nous inscrivons dans une stratégie budgétaire et politique qui fait de l’efficacité, de l’humain et de l’exemplarité sa colonne vertébrale à travers des politiques sociales et territoriales, fortes et innovantes, menées au plus près des habitants et des territoires. 

Nos orientations budgétaires pour 2018 confirment également notre mission centrale de premier aménageur du Bas-Rhin et de premier partenaire des communes, avec notamment les Contrats Départementaux et le Plan Territoires Connectés et Attractifs. 

Grâce à notre trajectoire budgétaire solide et à nos efforts colossaux de réduction de nos dépenses de fonctionnement, nous avons honoré l’ensemble de nos engagements vis-à-vis des Bas-Rhinois et de nos partenaires et nous fixons aujourd’hui les grandes orientations suivantes : 

  • miser sur les atouts de l’Alsace en favorisant les dynamiques de chaque territoire,
  • conforter Strasbourg comme capitale européenne,
  • soutenir l’économie de proximité et l’attractivité touristique pour développer l’emploi, nous signerons bientôt la charte entreprises et quartier,
  • donner aux plus fragiles et démunis une place pleine et entière dans la société,
  • adapter la politique de l’habitat à chaque bassin de vie et aux nouveaux modes de vie des Bas-Rhinois,
  • faciliter les pratiques associatives sportives, culturelles et socio-éducative,
  • et enfin s’appuyer sur les talents des jeunes Alsaciens et ressources de nos territoires pour construire un parcours éducatif épanouissant et adapté aux potentialités de l’espace rhénan. 

Nous voulons une Alsace booster des atouts des territoires, qui soit un laboratoire d’innovation sociale et médicale, un hub multimodal rhénan, une terre promise pour l’innovation et les entrepreneurs, un haut lieu du tourisme avec des marqueurs forts, un fablab de l’éducation, pour générer les talents et l’engagement citoyen et européen. 

Sur l’ensemble de ces objectifs la coopération avec l’Etat sera essentielle et nous nous réjouissons d’y travailler avec vous et vos services. 

Je suis donc heureux de vous donner à présent la parole. 

Je vous remercie. " 

Notez cette actualité